Le numérique en Abitibi-Témiscamingue

La Forêt Numérique : Retour sur l’exposition extérieure du collectif Parsi-Parla

Du 22 au 24 juin 2018, durant la fin de semaine de la fête nationale, a eu lieu l’exposition La Forêt Numérique. Ce projet est l’aboutissement de 2 ans de travaux et de recherches pour le collectif Parsi-Parla.

Cette exposition, complètement gratuite, prenait la forme d’un chemin où nous pouvions trouver des anecdotes et des résultats trouvés lors de leurs recherches dans un premier temps. Enfin, nous pouvions contempler certaines œuvres numériques ou interagir avec certains ateliers ludiques grâce aux capteurs présents à proximité des personnes.

Malgré des températures capricieuses durant le congé de la Saint-Jean, les visiteurs étaient au rendez-vous ! Après avoir pris leurs avis, tous les participants ont trouvé l’exposition magnifique. J’ai moi-même trouvé leurs œuvres très belles et certains de leurs ateliers captivants.

De mon avis, l’atelier le plus beau était celui qui représentait l’état de la forêt avec des rubans de diodes lumineuses. C’était lumineux, visuellement dynamique et je pouvais contempler cet atelier

Etant bénévole pour le samedi soir, je me suis occupée de surveiller les visiteurs pour qu’ils restent dans les limites de l’exposition (il y avait une limite virtuelle à l’exposition, et certains continuaient leur visite sur les sentiers du lac Kiwanis). Donc je me suis occupée d’un atelier en particulier, celui où les visiteurs pouvaient créer une ambiance sonore sous un arbre (voir l’image ci-dessus). Au-delà des participants qui ont pris plaisir à tester cet atelier, ce denier m’intriguait beaucoup pour des raisons personnelles ; certains sons me rappelaient étrangement un voyage personnel que j’avais fait l’année dernière à Vancouver. C’est pour cela que j’ai préféré m’occuper de cet atelier plutôt qu’un autre.

En revenant vers l’entrée, des feux extérieurs avaient été préparés pour les visiteurs et des guimauves étaient mises à leur disposition. J’en ai également profité, car je n’avais pas prévu de quoi me tenir chaud le samedi soir !

Écrire un commentaire